Surf Babe and the Weather

[English version below]

Je vous préviens, ce post n’a ni queue ni tête !
Donc, hier, il a fait jusqu’à 43,6 degrés à Melbourne. Et pas pendant cinq minutes hein. Le thermomètre a passé la barre des 40 vers 13h30 et il n’est pas repassé en dessous avant 20H, (appelez-moi Evelyne). Heure à laquelle, le cerveau fondu (je n’ai pas la clim chez moi, et je n’étais pas sortie de la journée pour éviter le bain de vent chaud), j’étais en train de me baigner dans la mer pour me rafraîchir un peu les idées, parmi des méduses bleues (inoffensives soi-disant), grosses comme ma tête.
Et ne venez pas vous plaindre avec votre neige, entre -10°C et 43°C, je ne sais pas ce qu’il y a de pire. Et puis la neige, c’est joli la neige, alors que le vent bouillant qui sèche mes lentilles directement sur la rétine en moins de deux minutes, bof.
Mais vous savez quoi, on s’habitue à tout. Avant d’habiter en Australie, au-delà de 27°C, j’étais mal. Maintenant je gère environ jusqu’à 30, 33 en poussant, après il ne faut pas trop m’en demander. Inutile de dire qu’hier, je ne faisais pas la maligne.

Maintenant, laissez-moi vous dire qu’il ne fait pas toujours chaud en Australie, même en plein été. Preuve en est le mauvais temps que nous avons eu pendant notre road trip. On avait prévu quelques jours dans un petit village au bord de la mer entre le séjour en famille et Sydney. Pour se reposer, profiter du soleil, et aussi pour surfer.

Et oui, j’ai mis presque deux ans, mais je me suis enfin essayé au surf, cliché australien s’il en est. J’avoue que si j’étais restée bien éloignée des planches jusqu’à maintenant, c’est parce que j’ai un sens de l’équilibre discutable. Vraiment discutable. Et que je pensais qu’en surfant, je passerais bien plus de temps la tête sous l’eau que sur debout sur la planche. Et bien vous savez quoi ? J’avais raison. Et hop, un plongeon la tête la première, et tiens, je bois la tasse, et vas-y que je glisse et que je m’étale… Mais… j’ai quand même réussi à tenir presque debout, deux fois, pendant un quart de seconde (sur une leçon de deux heures). Et cette demi-seconde m’a donnée envie de recommencer, jusqu’à temps que j’arrive à tenir, disons une seconde. Non, sans rire. Je me prévoie donc une petite journée de surf bientôt, rira bien qui boira la tasse en premier (moi).

Et donc la leçon de surf, c’était le 24 décembre. Là d’où je viens, on peut difficilement faire plus différent pour une veille de Noël. Pour le jour j, on s’était concocté un petit pique-nique des familles, un bon festin à deux, sur la plage. On avait pensé à tout et on était plutôt contents de notre petite affaire.

Sauf que le matin du 25, le père Noël est passé, et dans nos souliers, il adéposé… de la pluie. En trombes. Toute la journée. Non-stop. Qu’à celà ne tienne, nous sommes tout de même partis, pique-nique sous le bras, nous trouver un petit abris au bord de la plage. Ce n’était pas trois gouttes d’eau qui allaient nous gâcher Noël. Sauf qu’au bout d’une demie-heure, trempés, nous avons plié retraite dans notre motel, dont nous ne sommes presque pas sortis pendant deux jours, à part pour aller voir deux navets au cinéma de la bourgade.

Tout ça pour vous prouver qu’il pleut en Australie, aussi. D’ailleurs en y réfléchissant bien, il pleut souvent là où je vais en vacances… de la même manière que certains attirent les moustiques, nous on attire la pluie…

Surf rescue, Margaret River, WA

Photo (prise par M.C.) à Margaret River (Australie de l’Ouest) en février 2008 – Photo (taken by M.C.) in Margaret River (Western Australia) in February 2008


Ok this post is a bit random. So yesterday, it went up to 43.6 °C in Melbourne. And not just for five minutes. The thermometer went over 40 around 1.30pm and didn’t go under until 8pm (call me weather girl). By that time I had given up on using my brain for the day (I don’t have air-con at home, and didn’t go outside to avoid a hot wind bath) and was at Elwood beach for a swim, amongst blue jelly fish (harmless, I’m told) the size of my head.

And don’t come and complain that it is snowing in your part of the world, because between -10°C and 43°C, I’m not sure what’s worse. And snow is pretty while having boiling hot wind drying the contacts on my eyes in the space of five minutes, that’s not so fun.
But you know what? One does get used to everything. Before I moved to Australia, I couldn’t really handle anything over 27°C. Now I can manage until 30, 33 at the maximum. Anything above and don’t expect much of me. Needless to say yesterday wasn’t a very productive day for me.

Now let me tell you it is not always hot in Australia, even in the middle of summer. You just need to see the terrible weather we had on our road trip. We had planned a few days at the beach, in between family time and Sydney. The plan was to rest, enjoy the sun and surf.
Yes, it took me two years, but I finally gave in to the good old Australian cliche and tried surfing. I must admit that the reason I stayed away from the boards before is merely because of my arguably poor sense of balance. And I thought that surfing would mean spending much more time under water than above. And I was right. I nose dived, drunk plenty of sea water, slipped, fell off the board… but I also managed to almost stand up twice on the board, for 1/4 of a second each time (over a 2-hour lesson). And this half second made me want to try again, until I can manage to stand up for, say, one second. Just kidding. Anyway, I’m now planning more surfing lessons and getting ready for more embarrassment.

And so, the surf lesson was on December 24. Where I come from, you can hardly find a more unusual way of spending Christmas Eve. For D day, we had planned this amazing picnic, a real feast for the two of us, on the beach. We’d thought about everything and were pretty pleased with ourselves.
Except that on the morning of the 25th, Santa came, and in our stockings, he dropped off… rain. A lot of it. All day long. Non stop.
But it didn’t matter, we still left with our picnic, determined to stick to our plan. But within half an hour, we were soaking wet, accepted defeat and retreated to our motel, which we only left for the next two days to go watch crap movies at the local cinema.

Anyway, just wanted to show you that it does rain in Austalia, too. Actually come to think of it, it tends to rain wherever we go on holidays. Some people attract mosquitoes, we seem to attract rain…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s