Ne vous fiez pas aux apparences…







(cliquez sur les photos pour les voir en plus grand)
Contrairement à ce que les photos laissent penser, je suis bien arrivée à New York il y a un mois !
Mais avant cela, et depuis que je suis partie d’Australie, je suis passée par la Malaysie (donc), Amsterdam (souvenirs souvenirs, j’y ai habité pendant 3 ans et demi), la France, le sud, le centre et Paris, et l’Islande.
Ca fait des années que je voulais aller en Islande. Quand j’étais à Amsterdam, j’avais un copain photographe (anglais) qui y avait fait toute une séance de photos. A couper le souffle. Ce qui tombe bien, c’est que mon M.C. à moi est aussi un pro/amateur de photos et que les paysages c’est son méga dada. Il n’aime pas que je dise qu’il est photographe pro (ce n’est pas son métier de tous les jours), mais moi je ne suis pas d’accord. Après tout, si je vous disais qu’une photo qu’il a prise il y a quelques années trônent depuis 2 ans dans tous les supermarchés américains…
Enfin, bref, donc l’Islande. Tout de suite en sortant de l’avion, j’ai détesté. Je revenais d’une canicule à Paris (fin juin), j’étais en débardeur (bon ok, ça c’est de ma faute !) et dès que j’ai passé la porte de l’aéroport, je me suis retrouvée prise dans une tempête de vent glacial, de brouillard et de pluie.
Autant dire que le lagon bleu n’était pas aussi idyllique qu’il l’est sur les photos. Et puis, dès le lendemain, je suis allée m’équiper (ils savent faire des fringues pour le froid les islandais, je vous le dis !) et c’est tout de suite aller beaucoup mieux.
Donc j’ai passé ma semaine de vacances d’été en Islande avec un legging en laine sous mes jeans, quatre couches en haut et un bonnet en laine bien enfoncé sur les oreilles. Et encore, par moment, j’aurais bien rajouté une ou deux couches.
Mais il aurait pu faire moins douze que ça aurait quand même valu le coup. L’Islande m’a prise aux tripes, bouleversée, émue, ravie dans tous les sens du terme.
Je n’oublierai jamais un moment en particulier : après avoir rêvassé pendant des heures devant un lagon d’Icebergs, nous nous sommes rendus à une plage voisine (ci-dessus) : du sable noir, des icebergs dans la mer et derrière nous, des montagnes et des glaciers en fond. Et personne d’autre. C’était assez surréel en soi quand deux phoques sont apparus près de la rive : c’était l’heure du dîner apparemment car ils plongeaient la tête dans l’eau (glacée les pauvres !), en ressortaient avec un poisson, l’engloutissaient en deux bouchées et repartaient à la poursuite d’un autre…
Il y a eu plein d’autres moments mémorables (un voyage en bateau pour voir des baleines, notamment et le soleil 24/24 qui descend à peine dans le ciel le soir) et j’aimerais bien y retourner le plus vite possible.
Inutile de vous dire que lorsque nous sommes arrivés à NYC après ça, un samedi soir de canicule, notre appart (temporaire) étant situé dans une des rues les plues bruyantes du Village, on a un peu souffert.
Pendant 2 jours, on ne voulait qu’une chose : sauter dans un avion direction l’Islande.
Et puis maintenant, je n’entends presque plus les sirènes des ambulances…
PS : je viens (enfin !) de répondre à quelques commentaires laissés en suspens dans mes posts précédents. Toutes mes excuses mais sachez que je les lis et les apprécie beaucoup !
Advertisements

One thought on “Ne vous fiez pas aux apparences…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s