Où manger à New York

Juste au cas où vous n’auriez jamais remarqué, j’aime bien manger. Et j”aime surtout manger quand ce n’est pas moi qui cuisine. Et à Melbourne, j’ai été servie. La ville est connue partout en Australie pour ses restaurants et ses boutiques. 
On trouve de tout à Melbourne, des italiens comme chez la mama, tous les pays asiatiques sont amplement représentés (et les melbourniens sont fous de sushi, tout comme moi), des bons restaus français (tenus par des français. Je fais toujours hyper attention à ça. Un jour je suis allée dans un restau allemand tenu par des chinois, inutile de dire que ça n’augurait rien de bon). Avec mes collègues, le lundi matin, les questions sur le weekend tournaient toujours autour de “t’as mangé ou ?” et “t’as shoppé quoi ?”. Des filles selon mon coeur en somme. 
Bref, fast forward to New York. Ici, c’est presque une question de principe, les gens ne cuisinent pas. Beaucoup ont des cuisines minuscules (ce qui n’est pas mon cas, je l’avoue), mais surtout le mantra à New York, c’est “pourquoi le faire moi-même quand je peux payer quelqu’un pour le faire ?”. 
Et ça marche pour tout. Bref, j’avoue que même si je mange souvent chez moi en semaine, j’ai passé les trois derniers mois à faire le tour des restaus, cafés et boulangeries de la ville. 
Résultat : beaucoup de déceptions (on devient vite snob de la bouffe après avoir été gâtée par les trésors melbourniens), et quelques pépites. J’imagine que cette liste va s’étoffer au fil du temps, donc on pourra toujours faire un point dans quelques mois… 
Alors dans le désordre, toute catégorie confondue : 
Café Gitane dans le Jane Hotel (West Village tout près du Meatpacking, mais aussi dans Nolita)
Rien que pour le carrelage à damiers, je suis fan du décor. Mais quand, en consultant le menu, je me rends compte qu’il y a des “petits plats” (c’est-à-dire le contraire des assiettes méga grandes que l’on vous apporte partout dans New York), des salades légères, et surtout un “avocado toast” à tomber par terre (l’avocado toast avec oeufs pochés était mon petit déj préféré en Australie, et je n’arrivais pas à en trouver à NY jusqu’à ce que je rentre au Café Gitane). Et la cerise sur le gâteau : pas besoin de faire la queue, le Jane Hotel est assez excentré pour que tout le monde ne s’y aventure pas. 
Le Pain Quotidien (un peu partout)
On me souffle dans l’oreillette que cette chaîne existe aussi à Paris. Bon ça ne change pas le fait que je suis fan.
Momofuku Noodle Bar (East Village)
Cet endroit me rappelle mon bien-aimé Kenzan à Melbourne, la hype en plus. Si vous n’êtes pas végétarien (yum les pork buns), que comme moi, vous adorez les ramen noodles (ces bols de soupes avec nouilles, viande, oeufs, légumes, noyés dans un bouillon – à base de miso de préférence ! – typiquement japonais), et vous n’avez pas peur de faire la queue pour rentrer, même à 23h, foncez. 
Ramen noodles chez Momofuku. J’ai piqué cette photo sur Internet. La dernière fois que j’ai essayé de prendre un plat en photo (mon dessert le soir de mon anniversaire), j’ai fait tombé mon iPhone dans la boule de glace sur l’assiette. On est blonde ou on ne l’est pas.
Cookshop (Chelsea)
Un des restaus les plus connus de Chelsea, qui fait brunch, déjeuner et dîner, et qui le fait très bien. 
Morimoto (Chelsea)
Super japonais. Décor psychédélique. Un peu cher, malheureusement, sinon j’y passerais ma vie. 
Ladurée (Upper East Side)
Ben quoi ? Passer devant la boutique Chloé (entre autres) pour aller déguster les macarons sur lesquels je me rue à chaque fois que je vais à Paris : je dis oui oui oui ! Et vous savez le plus dingue ? Les macarons sont importés de France tous les matins par avion. Et pourtant ils coûtent grosso modo la même chose. Bonheur. 
City Bakery (Flatiron)
Parce que si Carrie y était, et bien moi aussi. Mais aussi parce que leur chocolat chaud est d’une décadence extrême et parce que je suis fan du concept de cantine branchée. 
Blossom (Chelsea)
Restau végétalien qui donne envie de devenir végétalien.
Eataly (Flatiron)
Pas un restau, mais un marché (permanent et couvert) italien avec des stands pâtes, sandwichs, charcuterie/fromage, glaces, desserts où l’on peut manger ou emporter. Vous ressortirez avec trois kilos en plus mais heureux. 
Bon, et je vous épargne le petit thaïlandais du coin chez qui j’ai pris un abonnement. Pas très glamour, mais un Pad Thai comme ça mérite qu’on y revienne encore et toujours. 
La suite de ce post, c’est par ici

2 thoughts on “Où manger à New York

  1. Mmmmh, je te lis à l'heure du petit déjeuner et le breakfast avocado toast et oeuf poché me tente énormément… Merci pour ces adresses, même celle du thaïlandais pas très glamour m'interesserait! Je note tout cela précieusement pour une prochaine venue.
    D'ailleurs je voulais te demander si Melbourne te manquait…
    Au plaisir de te lire

    Sacha

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s