Happy New Year!

Je reviens juste de Melbourne où j’ai passé les fêtes de fin d’année, année qui s’annonce donc pour le moment sous le signe du jetlag*. J’ai passé ma première semaine à Melbourne à dormir, à manger et à jouer aux voitures avec mes neveux, et la deuxième à manger, passer du temps avec mes amis, et à comploter pour trouver une façon de vivre à la fois à Melbourne et à New York (solution: gagner au loto**, acheter une résidence dans chacune de mes villes préférées – j’ajouterais donc Paris – et bouger tous les trois/quatre mois. Degré de probabilité zéro, mais l’espoir fait vivre). 
J’adore Melbourne pour la vie facile et paisible que l’on peut y vivre, pour son climat (très changeant, mais beaucoup plus agréable que celui de New York), pour sa nourriture (tellement meilleure qu’à New York, j’ai découvert plein de nouveaux supers restos, et adoré retrouver mes préférés qui n’ont pas changé d’un pouce en presque trois ans), et, comme vous pouvez le constater, pour son street art.
Mais voilà, New York sera toujours New York, et aucune ville ne pourra jamais lui arriver à la cheville.  J’ai hâte de continuer à l’explorer en 2014 et vous souhaite à toutes et à tous une très belle année riche en aventures et en découvertes.

* De loin le plus brutal que j’aie jamais connu. L’Australie, c’est vraiment le bout du monde. Debout pendant plus de trente heures au retour (dont 20 heures de vol sans dormir entrecoupé de 5 heures d’attente à LA), et mon horloge biologique qui est toujours réglée sur Melbourne, j’espère refaire surface bientôt…

** Sans rire, nous avons bien joué au loto pendant que nous y étions, et avons gagné la somme astronomique de $21. Peut mieux faire.

Gorman – e-shop

En Australie, il y a beaucoup de talents dans la mode. Plein de petits (et grands) créateurs qui n’hésitent pas à faire fi des tendances et ont développé un style bien à eux. Il y a beaucoup de belles choses à voir, et croyez-moi si je vous dis qu’il est bien plus facile de trouver une robe de soirée délirante qu’un tee-shirt gris bien coupé. La mode en Australie n’est pas donnée (un tout petit marché, seulement 20 millions d’habitants) qui peut difficilement s’exporter (différence de saisons et éloignement du reste du monde y jouent pour beaucoup)
Mais cela n’a pas empêché une mes marques préférées, pur produit melbournien, Gorman, d’ouvrir son e-shop et d’offrir les frais de port partout dans le monde (fait rarissime en Australie).
Bien sûr, c’est la collection été, mais je me suis permis une petite sélection de pièces qui me font bien envie…

I heart Melbourne

Il me reste moins de sept semaines à vivre en Australie, et même si ma nouvelle destination m’enthousiasme au plus haut point, je suis vraiment triste de quitter mon pays d’adoption. Je n’ai pas pu demander la citoyenneté australienne cette fois-ci (je n’ai pas vécu ici assez longtemps) mais c’est bien mon intention quand je reviendrai vivre dans ce pays magnifique, car je ne sais pas si j’en serai plus fière si j’y étais née.

Si je vous parle de ça, c’est que j’ai été plus que ravie de découvrir les posts de La Méchante de Cherry Blossom Girl qui présentent ma ville chérie sous ses plus beaux angles. Allez y faire un tour si ce n’est pas déjà fait.

De retour…

… De Vanuatu, où j’ai passé une superbe engagement moon au mois de juin.
… De France, où j’ai passé le mois d’août avec ma famille et mes amies.
… De Sydney, où j’ai fait passé la pilule d’une année de plus avec beaucoup, beaucoup de cocktails.

Entre temps, j’ai continué à écrire (je suis en train de rédiger mon 5ème, 6ème et peut-être 7ème livre pour Fleurus, toujours dans la collection Pour Les Filles) et j’ai été très prise par l’organisation de mon mariage (il en a coulé de l’eau sous les ponts depuis que je vous ai annoncé mes fiançailles !).

Et dans tout ça, je ne vous ai toujours pas montré la fameuse bague qui trône fièrement à mon annulaire gauche… Tssss (c’est très difficile à prendre en photos ces petites bêtes d’ailleurs…).

Et une photo de touriste, une ! Avec en prime les super baskets DoroTennis (la classe, hein ? C’est sûr que ce ne sont pas les Isabel Marant…) que j’avais achetées spécialement pour traîner dans la poussière à Rock en Seine mais qui fonctionnent tout aussi bien pour faire la touriste et marcher pendant des heures ! Heureusement que j’avais mon Alexa pour remonter quelque peu le niveau….

To Shoe or Not To Shoe?

[English version below]

Quand j’étais en France en août dernier, tout le monde avait des questions à me poser. Des bonnes questions, des questions drôles ou tout simplement bizarres. Parmi les dernières, il y avait « Est-ce que les gens portent des chaussures en Australie ? ». J’ai ri. Tout le monde autour de la table a ri. Mais BIEN SUR que les gens portent des chaussures en Australie. Trop drôle.

Quand je suis rentrée, j’ai fais rire beaucoup d’amis avec cette histoire. Mais ensuite j’ai commencé à les voir. Les pieds-nus. Il y en avait qui marchait dans ma rue, une dame qui sortait de sa voiture, des gens qui se baladaient un jour de grosse chaleur…Choc. Horreur. J’ai commencé à suspecter qu’ils avaient toujours été là. Je n’avais simplement pas fait attention*.

Il y a quelques semaines, j’ai eu une conversation avec mon amie M (une australienne) à propos des tenues inadéquates (oui c’est un thème récurent). On était d’accord sur pas mal de choses, jusqu’à ce que j’en arrive aux va-nu-pieds. Là, elle s’est rétractée. S’en est suivi un débat. Selon elle, il est parfaitement acceptable de ne pas porter de chaussures dans certaines situations, comme par exemple pour aller au supermarché. QUOI ? « Ben, tu sais, parfois tu es à la maison, tu te rends compte que tu as besoin de quelque chose et tu sautes dans la voiture, pas besoin de mettre tes chaussures ». J’étais presque sans voix**.
« Mais même si tu es pressée, tu dois quand même attraper ton portefeuille et tes clés, alors pourquoi ne pas prendre 30 secondes pour mettre des pompes ? » que je le lui réponds. « Parce qu’il n’y a pas besoin » fut sa réponse.
Quelques jours plus tard, la conversation reprend de plus belle. Chaque côté a exposé ses arguments, les miens étant que ce n’est pas hygiénique, que ça peut être dangereux et que je ne me priverais jamais d’une opportunité de sortir mes chéries. Mais de l’autre côté, personne n’a changé d’avis. C’est australien, qu’ils m’ont dit, laisse tomber.

Et puis j’ai compris. Après avoir passé 6 ans en tant qu’expat, je devrais comprendre une chose ou deux sur les différences culturelles. On n’allait tout simplement jamais être d’accord, les aussies et moi. On avait grandi avec des croyances différentes. On est un peu vexées, mes shoes et moi, mais on s’en remettra…

Si vous avez un avis sur la question, lancez-vous dans les commentaires !

PS : on va faire les choses un peu différemment sur le blog cette semaine. On va parler shoes, shoes et encore shoes. Il y a tant à dire qu’il y aura peut-être plus d’un post par jour, si j’arrive à suivre. À suivre !

* J’étais bien trop occupée à me remettre du fait que les Havainas envahissent les trottoirs. Mais bon, c’est une autre histoire.
** Je ne suis jamais complètement sans voix, je suis la personne la plus bavarde que je connaisse.

**************

When I visited France last August, everyone had questions for me, some good, some funny, some plain weird. Amongst the latter was this one: “Do people wear shoes in Australia?”. I laughed. Everyone around the table laughed. But OF COURSE, people wear shoes in Australia. Hilarious.

When I came back home (so, here), I entertained many a friend with this story. Too funny that anyone could believe that Australians didn’t wear shoes.
But then I started seeing them. The shoeless people. There was one walking down my street, then a lady getting out of her car, some other wandering around on a hot day… Shock. Horror. I started suspecting that they had been there all along. I just hadn’t been paying attention*.

A few weeks ago I had a conversation with my good friend M (an aussie) about inappropriate clothing (yes, this is a recurring theme). We agreed on most things, but when I brought up the shoelessness of Australians, she backed off. An argument ensued. She felt it was perfectly acceptable not to wear shoes in some occasions, like when you go to the supermarket.
WHAT? “Well, you know”, sometimes you’re at home, realise you need something and you just jump in the car, no need to wear shoes”. I was almost speechless**
“But even if you are in a hurry, you still need to grab your keys and your wallet, right? So why not take 30 seconds to put some shoes on?” I countered. “There’s just no need for it” was her answer.

A few days later, the conversation started again. Both sides made their points, some of mine were that it’s unhygienic, that it could be dangerous and that I would never deprive myself of an opportunity of taking my beloved for a walk. But the other side didn’t budge one bit, it’s an Australian thing, they said, let it go.
Then I realised, after living in a different country for 6 years, I should see a cultural difference when it hits me in the face. We were never going to agree on the subject as we’d all grown up to believe different things. My shoes and I, we’re pretty hurt, but we’ll get over it…

Do you have an opinion on the subject? Feel free to jump in in the comment section!

PS : I’m mixing things up a bit on the blog and am having a themed week. We’re gonna talk shoes, shoes and… shoes. There’s so much to say, there’ll probably be more than one post a day if I can keep up. Stay tuned!

*I was too busy getting over the fact that everyone seems to be wearing Havaianas, but that’s a story for another day.
** I’m never totally speechless, I’m the most talkative person I know.

Best food in Melbourne: Little Cupcakes

[Little Cupcakes la meilleure boutique de cupcakes de Melbourne, un plaisir pour les yeux, des cupcakes délicieux, du très bon café, le tout situé dans mon quartier préféré !]

Little Cupcakes

OK, there is little chance that you haven’t visited or even heard of the Little Cupcakes if you live in Melbourne and happen to have a soft spot for cupcakes.

But just in case you haven’t. Places like this are the reason why I will never be skinny. There is just too much sweet goodness in the world.
The shop in itself is already very sweetly decorated, with a very friendly and cosy atmosphere, if you do get a chance to find a spot on one of the two wooden tables.
Their coffee is excellent and actually a fair bit cheaper than most cafes around. But let’s get to the point, the cupcakes! Probably the sweetest little things I have ever tasted but when it tastes this good, there is no amount of sweetness I cannot handle. They have a wide range of flavours (but they aren’t all available everyday) and all come in two sizes. I know that their best-seller is the Red Velvet, but my personal favourites are the Strawberry and the Cookies ‘N Cream ones.

Little Cupcakes

Little Cupcakes

In my opinion, what is the best about them is the icing, the trickiest thing to get right with cupcakes. Theirs is always very creamy and smooth, never dry.
As you would expect from a champion cupcake store, they are also beautifully decorated, in a very simple but cute way, not that you get to admire the work of art for very long before gulping them down.
You can also order them in advance and take them to client meetings for instance, as I used to do all the time.
And last but not least, they are located on one of my favourite streets of Melbourne, Degraves St, conveniently tucked in between Flinders St Station and the best part of Flinders Lane.

Little Cupcakes
Shop 7 Degraves St
Melbourne City
Mon – Fri : 9 am – 6 Pm
Sat : 10 am – 5.30 pm

******
Previously :
Best Food in Melbourne : Noîsette
Best Food in Melbourne: Kenzan

Good Vibrations Festival

[English version below]

Qu’est-ce qui a un bon goût d’été ? Les festivals de musique bien sûr !
Dimanche dernier, festival Good Vibrations à Melbourne avec en tête d’affiche The Killers. Ce qui tombait plutôt bien puisque ça fait deux mois que j’écoute leur dernier album en boucle !
Il y avait aussi à l’affiche (ente autres) Busta Rhymes, Basement Jaxx, Salt N Pepa et Gossip avec Beth Ditto et sa voix envoûtante.

Il faisait chaud et beau, un des derniers beaux jours d’été à Melbourne et The Killers étaient absolument géniaux.

Et bien sûr, j’ai passé la journée à observer les looks des fashionistas autour de moi. Le problème, c’est qu’on dirait qu’elles se sont toutes donné le mot, questions tendances à adopter.
Dimanche, il y a avait beaucoup d’esprit marin, surtout de la robe marinière (et tout le monde portait la même), du chapeau de paille, et des Ray-Bans, what else.

Et moi ? Et bien moi je me souvenue pourquoi ça fait un bien fou de ne pas vraiment suivre les tendances comme je le fais normalement. Parce que ça permet de ne pas ressembler à tout le monde. Alors que dimanche on aurait plutôt eu l’impression que la congrégation des fashionistas m’avait fait passé le mémo. Pas glop.

Dans un autre registre, je soutiens toujours aussi fermement le mouvement “tights are not pants” mais je crois que notre action a besoin de frapper plus fort. En effet, il semblerait que beaucoup de jeunes filles sortent désormais de chez elles sans pantalons ET sans leggings. Ce qui donne un petit débardeur un peu loose arrivant à mi fesse, une petite culotte, et c’est TOUT. Oui oui c’est tout, même pas un micro short en dessous qu’on apercevrait à peine. J’ai aussi vu des robes tellement courtes qu’elles non plus n’arrivent pas à cacher le derrière de leur propriétaire. Et je peux vous dire que les ados d’aujourd’hui auraient bien besoin de revoir leur stratégie sous-vêtements, surtout si elles comptent les exposer à ce point.
Ah oui et je déteste faire ma pimbêche (nan en fait j’adore ça), mais exhiber son corps quand on a des jambes de rêve et des fesses bien fermes est une chose, mais PERSONNE n’a envie d’admirer votre cellulite les filles, surtout pas en mouvement quand vous êtes en train de danser. Alors si comme moi vous avez un peu abusé des cupcakes, un peu de pudeur que diable !

Good Vibrations Festival Melbourne
Good Vibrations Festival Melbourne

Good Vibrations Festival

What has a lovely summer feeling about it? Music festivals of course. Last sunday I was at Good Vibrations festival with The Killers as a main headline. It was fitting really, as I have been listening to their last album non-stop for the last two months.

Busta Rhymes, Basement Jaxx, Salt N Pepa and Gossip (with Beth Ditto and her gorgeous voice) were also playing.

It was a warm and beautiful day, and The Killers were absolutely brilliant!

And of course, I spent the day watching the looks of fashionistas around me. The thing is , it always looks like they have agreed together on what to wear before coming.
Sunday, it was all about the marine trend, with a lot of striped dresses (everyone was wearing the same one from Sportsgirl), straw hats and Ray-Bans, what else?
And I suddenly remembered why it is so good not to follow trends, as I normally do. Because it means you don’t look like everyone else. Whereas on Sunday, let’s just say that it really looked like I got the memo. Not fun.

On another note, I’m still very much behind the “tights are not pants” manifesto but I feel our action needs to be taken a step further. Indeed, it now seems like girls leave the house without pants AND without leggings. So you get to see girls walking around wearing a loose tank top stopping mid-buttocks and knickers. And that’s ALL. No, not even tiny little shorts underneath. Nada. I’ve also seen dresses so short that they wouldn’t even cover their owner’s bottoms. And I can tell you that teens should really rethink their underwear strategy if they are planning on displaying so much of it.

Oh and I hate to be a bitch (no, I’m kidding, I love it), but showing off your killer body is one thing, but NOBODY wants to admire your cellulite girls, especially in movement when you’re dancing. So, if, like me, you tend to go slightly overboard with the cupcakes, keep it covered girls, for the love of god!

Surfing for Dummies / Le Surf pour les Nuls

Chères lectrices (lecteurs ?) aujourd’hui, je vous apprends les rudiments du surf. Lisez bien attentivement, même un surfeur de haut niveau ne pourrait vous prodiguer de tels conseils.

Dear readers, today I teach you how to surf. Read very carefully, these aren’t tips you’ll find in surfing manuals.

Surfing

Surfing

Toujours tirer la langue. Très important pour l’équilibre.

Always poke your tongue out. It gives good balance.

Surfing

Lors des très rares occasions où vous tombez dans l’eau, assurez-vous de chuter avec grâce et élégance. On ne sait jamais, quelqu’un est peut-être en train de “documenter” vos efforts.

On the very rare occasions that you fall in the water, make sure you do so with grace and elegance. You never know who might be recording photographic evidence.

Surfing

Concentrez-vous sur votre propre technique et ignorez votre moitié qui a l’air d’être né sur une planche. Ca pourrait un petit peu frustrant.

Just focus on your own technique and do not watch your other half who looks like he was born on a surf board. It could be just that little bit frustrating.

Surfing

Ca ne veut vraiment pas ? Allez, une petite prière.

Not happening? Just say a little prayer.

Surfing

Ne lâchez la planche sous aucun prétexte. Même si vous êtes dans la bonne position. Sinon, ça voudra dire que vous êtes enfin en train de surfer et que tous vos efforts sont enfin récompensés. Mais il faudrait voir à ne pas trop abuser non plus.

Under no circumstances should you let go of the board. Even if you are in the right position. Otherwise, it would mean that you are actually surfing and that all your efforts have finally paid off. A little bit too much to ask for, don’t you think?

Best Food in Melbourne: Noisette

[Une déclaration d’amour à la meilleure boulangerie française de Melbourne, Noîsette, mon fournisseur officiel de pains au chocolat, et accessoirement ma deuxième maison]

I knew I would be happy in Melbourne when, on my first day of work, I walked around my office’s neighbourood in search of a place to have lunch and came across Noîsette. 17,000 kilometers from home, here it was, one of the best French bakery I had ever come to try.
Sure, there are MANY French bakeries in Melbourne (anywhere really). Some make bread I wouldn’t even give to birds, some call a pain au chocolat a “chocolate croissant” (which is an aberration obviously because pains au chocolat are square-shaped), some are so “French” that they couldn’t place the country on a map and others must believe that French translates to expensive and tasteless.

As you can tell, I have tried them all – mama needs her sugar fix – and Noîsette wins hand down.

Noîsette

It is a lovely place on a great street near the beach in Port Melbourne and just walking in there would make anyone feel happy, even before they got their hands on the goods.
I like the fact that it manages to be very French while still adapting to Australian culture (you can eat there, and they serve coffee, two things you would not find in a typical French bakery). More often than not they play French music (contemporary or old school) and the staff is lovely (some of them are native French-speakers).

Noîsette is absolutely pumping at anytime of the day, this is definitely a locals’ favourite and you can tell by the look on people’s face how much they enjoy being there. And really, how could they not?
They make the most delicious pains au chocolat, a killer almond croissant, to die-for viennoise au chocolat, a very mean chicken roll and some of the best coffee in town. Their pastries are works of art and their bread is nothing short of perfection.

If I could find one more thing to convince you that Noîsette is the place to go to for French goodness, it would be this: I live above a so-called French bakery which I never walk into and regularly drive over 15 minutes for the pleasure of a breakfast at Noisette. Believe me, it is worth every minute of the trip.

Noîsette, 84 Bay St in Port Melbourne open everyday 6am to 6pm.
BTW, Noîsette means hazelnut, just in case you were wondering.

Australia Day at the Tennis

Aujourd’hui est un jour férié en Australie (fête nationale) et bien qu’il soit normalement synonyme de barbeques entre amis et de Top 100 des chansons de l’année à la radio, cette année, Australia Day sera pour moi sous le signe du tennis. En effet, nous avons des tickets ce soir pour deux quarts de finale et je suis plutôt excitée, le tennis étant un des sports que je préfère regarder.
D’ailleurs je suis plutôt convaincue qu’il serait aussi mon sport préféré à jouer, si je m’étais un jour décidée à m’inscrire à des leçons de tennis, chose que j’ai eu l’intention de faire depuis des années sans jamais avoir passé le cap. Un jour peut-être… En tout cas, c’est sûr que si l’on m’offrait une des tenues Hermès ci-dessous, j’attraperais ma raquette illico.

This year Australia Day is all about the tennis, as we have tickets for tonight (2 quarter finals). I’m rather excited as tennis is one of the sports I like watching the most.
Actually, I’m quite convinced it would also be my favourite sport to play, if I had ever got around to take lessons, which I’ve been wanting to do for ages and never did. One day, maybe… But if anyone was kind enough to give me one of the Hermès outfits below, I would be grabbing my racquet straight away!

Happy Australia Day!

Hermès

Hermès

Hermès

Hermès