COS in the US!

COS est indéniablement une des marques qui m’a manquée le plus depuis que j’ai quitté l’Europe. Elle est née seulement quelques mois avant mon départ pour l’Australie, mais cela a suffi pour me fidéliser : plus tard, c’était un passage obligé pour moi à chaque retour en France. 
Pour celles qui ne connaissent pas, C.O.S. (pour Collection of Style) est la marque haut de gamme d’H&M, jusqu’à maintenant seulement disponible en Europe. Tout n’est pas bon à prendre dans leur collection; personnellement, j’aimerais qu’ils mettent le holà sur leurs robes housses, et certaines coupes expérimentales ont dépassé le stade “original” pour atteindre directement “bizarre juste pour être bizarre”. Mais ils sont aussi très forts dans l’art du basique intéressant. Ma pièce COS préférée, par exemple, est un pull tunique gris en laine devant mais en lyocell et boutonné derrière. Le contraste des matières, les petits détails bien pensés, ils font ça bien chez COS. J’aime aussi que l’on y croise finalement très peu les tendances du moment, même si j’aimerais qu’ils exploitent plus de couleurs et d’imprimés. 
Bref, la marque a annoncé il y a quelques mois qu’elle s’implanterait aux US cette année, et j’attendais de pied ferme la boutique prévue sur Spring St à New York (dans SoHo). Apparemment, l’ouverture a été retardée, mais leur boutique en ligne vient d’ouvrir aujourd’hui ! Et en bonus, il y a 25% sur tout le site avec le code helloamerica. 
Voici quelques pièces qui m’ont tapé dans l’oeil. 
On voit des tee-shirts rayés partout, mais un sweat rayé, ça change tout, non ? Je plaisante, mais c’est justement le genre de détails que j’aime chez la marque. Leur mille et une façon de revisiter la chemise classique en est aussi un bon exemple. 
Cette robe rayée, c’est exactement ce dont je parlais plus haut. Pourquoi tant de housse ? Si elle était cintrée, je me serais précipitée dessus. Et ce rose mauve, je crois bien que c’est ma teinte de rose préférée. Malheureusement, elle n’est pas toujours facile à porter quand on est blonde aux yeux bleus…

Et vous, vous aimez COS ? 

Advertisements

En passant…

Je suis en train de boucler plusieurs projets professionnels (tout en réfléchissant aux suivants, la joie d’être freelance !) mais j’ai aussi plein de choses à raconter.

Il me reste encore pas mal de posts voyages à faire, notamment sur ma plus grande déception (Montauk) et mon gros coup de coeur (Charleston) de l’année dernière. Je reviens aussi de Los Angeles où j’ai passé un excellent séjour. Je ne saurais pas trop expliquer pourquoi, mais je nourris une passion sans fond pour les palmiers, donc, quand je suis en Californie, il me suffit de lever les yeux pour me mettre à planer. J’ai plein de photos et de bonnes adresses à partager… A suivre. 
Deux ans déjà ! Il y a quelques mois, un chauffeur de taxi nous faisait la remarque, à M.C. et à moi, que nous étions encore des jeunes mariés. Cela nous a bien fait rire : huit ans (et une dizaine de jours maintenant) que l’on est ensemble, plus de sept ans que l’on vit ensemble (avec des passages dans trois continents), cela ne donne pas l’impression d’être un couple tout neuf. D’ailleurs, c’est pour cela que nous nous sommes mariés le jour de notre anniversaire (de notre première date) : pour nous, il n’y a pas de distinction entre l’avant mariage et l’après, juste une évolution au fil des ans, des passages de la vie, et des pays aussi. J’avoue que je reste toujours perplexe devant les couples qui célèbrent leur anniversaire de mariage mais ne se souviennent pas de la date à laquelle ils se rencontrés… Bref, c’était quand même plutôt sympathique de se remémorer ce jour grâce à un article paru, en décembre dernier, dans Bride (un magazine australien). 
C’est le printemps ! Enfin, enfin, enfin, il est arrivé. Et je n’ai envie de porter que du gris, du blanc et du noir. Et des baskets… blanches et noires. Ok, ce n’est pas super printanier tout ça, mais peu importe. J’ai découvert récemment que je préférais les jeans gris aux jeans bruts, et je ne quitte plus mon skinny Citizens of Humanity (modèle avedon, couleur moon shadow, un gris délavé juste ce qu’il faut). Quand je l’ai acheté en soldes il y a quelques mois, je n’étais pas vraiment sûre de moi et, sur le moment, j’avais même pensé à le retourner. Finalement, je le porte tout le temps, et il est vite devenu mon jean préféré. C’est souvent comme ça, d’ailleurs chez moi. Je ne suis pas sûre d’une pièce pendant un temps, et je finis par ne plus pouvoir m’en passer. Comme quoi mes instincts me trompent souvent. 
Je viens de terminer un projet boulot dont je vous reparlerai bientôt. J’ai eu le plaisir de rédiger une série articles sur la vie à New York pour un hebdomadaire français, à paraître en juin. Pour une fois que je travaille sur un projet suceptible d’intéresser certains lecteurs, je vais en profiter 🙂
Le Gala du Met a eu lieu lundi soir, et comme toujours, j’ai suivi cela avec attention. Il y avait plein de robes fabuleuses (Karolina Kurkova, en Marchesa, était particulièrement sublime, mais j’ai aussi beaucoup aimé Reese Witherspoon en Stella McCartney. Cette teinte de rose est parfaite !) mais cela signifie aussi le début de l’exposition mode annuelle du Met, à laquelle je me rends religieusement depuis que je vis à New York. Je sais déjà que la rétrospective sur Charles James va me plaire, nul doute que je vais passer de longs moments à rêver devant ses robes de bal d’une autre époque !
D’ailleurs, en parlant de choses à faire à New York, j’ai une liste longue comme le bras de musées, restos, bars, boutiques à visiter, grâce aux très nombreuses recherches que j’ai dû faire pour mes articles. Je me suis même lancé un challenge : tester (au moins) un nouveau resto chaque week-end. So far so good! Découvert (et approuvé) ce week-end pour le brunch : Monument Lane dans le West Village. 
Ah et pour finir ce pèle-mêle, dans quelques semaines, cela fera dix ans que j’ai quitté la France. Cela mérite bien un petit post sur ce que ces dix années d’expatriation m’ont apprise…
A bientôt !

Mes indispensables de l’hiver 2013/2014

Inspiré par ce billet, voici un petit inventaire des pièces que je n’ai pas quittées de tout l’hiver :
La veste/gilet Helmut Lang
Je la reluquais depuis plus d’un an. Je l’avais déjà essayé l’hiver dernier, mais son prix me rebutait. Il a fallu que je la voie sur une copine pour finir par craquer, et c’est sans aucun regret. Elle est très chaude (un petit tee-shirt en dessous suffit), va avec tout, et j’ai dû mal à ne pas sortir avec tous les jours. Un très bon investissement au final, si on calcule le cost-per-wear…

La jupe Isabel Marant pour H&M
Ca faisait bien longtemps que je n’avais pas reluqué une telle collaboration. J’adore l’imprimé de cette jupe qui fonctionne aussi bien avec des collants (même les gros collants doublés polaire qui eux aussi, ne m’ont pas quitté de l’hiver) que jambes nues (testé à Melbourne pendant les vacances, pas à New York bien sûr). Elle répond aussi très bien à mon envie de petite jupe imprimée.

Les bottes Fiorentini+Baker (modèle Nena, les miennes sont en fait en daim grises avec les boucles en cuir noir, comme ici)
Ca faisait longtemps que je voulais passer la porte de leur boutique dans SoHo. Quand je m’y suis finalement décidée en novembre, je ne savais plus où donner de la tête. Arpentant la boutique avec deux bottes différentes aux pieds, j’ai su que l’affaire était pliée quand M.C. a pointé l’une en disant “Celles-ci, elles sont superbes, prends-les, il n’y a pas photo”. Il est tellement rare que l’on s’accorde sur une même pièce, et encore plus rare qu’il montre autant d’enthousiasme lorsque j’essaie une fringue que je n’ai pas demandé mon reste. Depuis, il a fallu que je me force à ne les porter que trois fois par semaine (hors période de neige, évidemment).

Le skinny enduit Madewell

Une de mes enseignes préférées aux US, surtout depuis qu’elle a remis à jour ses modèles de jean. Le Skinny Skinny est donc devenu mon jean préféré, la coupe est parfaite et il est super confortable. Je l’ai en trois couleurs, mais c’est ce modèle enduit qui sort le plus. N’étant pas assez téméraire pour m’essayer au legging en cuir tout en étant fan du look, ce modèle fait parfaitement l’affaire.

Le tee-shirt en cachemire J.Crew

Tiens, une autre de mes enseignes préférées, grande soeur de Madewell, d’ailleurs. Bon, déjà, j’ai un faible pour les rayures, comme à peu près toutes les françaises. Et puis, j’avais entendu beaucoup de bien du cachemire J.Crew, et je peux enfin confirmer : une douceur incroyable qui n’a presque pas peluché. Comme tous les classiques chez J.Crew, il existe en une myriade de couleurs. J’ai désormais un bleu ciel, un rose chiné et un gris sur ma wish-list.

Oscars 2014 : The Beige Carpet

Soit, le tapis n’était pas vraiment beige, hier soir lors des Oscars. Mais rouge, c’est la couleur de la passion, de la prise de risque, c’est une couleur qui ose, non ? Autant de choses qui ont manqué sur le tapis rouge pour cette nouvelle édition des Oscars. Les deux actrices que je m’attendais à préférer sont celles que j’ai préférées et, je serais bien embêtée si je devais établir une worst-dressed list, le bon goût régnait d’un bout à l’autre du tapis (à quelques exceptions près). 
Ma préférence va donc, sans aucune surprise, à Lupita Nyong’o. Parfaite sur tapis rouge depuis des mois, elle a prouvé qu’il n’y a pas une seule couleur qui ne lui sied pas. Hier, le bleu “Nairobi” de sa robe Prada lui allait particulièrement bien. Ajoutez à cela un décolleté en V et un plissé soleil qui tourne et tourne et tourne, il n’en faut pas plus pour me réjouir. Elle ressemble à une princesse des temps modernes et a en plus remporté l’Oscar du meilleur second rôle féminin. Parfaite sous tous les angles. Sa robe Miu Miu à l’after-party de Vanity Fair était tout aussi ravissante.  
Ah, Cate Blanchett ! En voilà une qui prend souvent des risques sur le tapis rouge et tape (presque) toujours juste. Ici en Armani Privé, rien à redire, elle est splendide, dans sa tenue mais aussi sur scène, où elle a prononcé mon discours préféré de la soirée (elle a remporté l’Oscar de la meilleure actrice). Merci Cate d’avoir rappelé haut et fort que les films menés par un personnage féminin peuvent rameuter les foules.
 
Ensuite, je choisirais Kate Hudson en Atelier Versace. J’avoue, au départ, je n’étais pas du tout emballée par la sa tenue, trop Dynastie à mon goût. De plus en plus d’actrices s’essaient à la cape sur tapis rouge depuis que Gwyneth Paltrow a lancé le mouvement, mais celle-là me semblait too much. Et puis, je l’ai vu sur le plateau, sans cape, et le mouvement de sa robe était si fluide et élégant que, finalement, j’ai décidé que c’était très Hollywood Glamour et donc parfaitement approprié à l’occasion. 
Dans la catégorie “Je savais que Cate Blanchett allait me battre au poteau, donc j’ai opté pour une tenue zéro défaut et zéro prise de risque” : Amy Adams (en Gucci) et Sandra Bullock (en Alexander McQueen). Elles sont même accordées sur la couleur. Je dois admettre que Sandra Bullock était ma favorite pour son rôle dans Gravity, selon moi le meilleur film de l’année dernière. Toutes deux sont très belles, mais je reste tout de même sur ma faim.
`

Elles n’étaient pas les seules à s’être donné le mot. Ci-dessous Calista Flockhart en Andrew Gn et Naomi Watts en Calvin Klein Collection. Ma préférence va à Naomi, son collier faisait toute la différence de près.

Et dans la catégorie “Rendait beaucoup mieux en vrai qu’en photo”: Olivia Wilde en Valentino. 
J’ai adoré la robe Gucci qu’elle portait pour les Golden Globes et j’ai eu la même réaction lorsque j’ai vu celle-ci à la télévision. Sauf que les photos de face ne sont pas très flatteuses (en gros, on dirait une longue colonne noire), alors que c’est le détail de la traîne blanche, et le volume de la robe qui font tout. 
Petit bonus : un poster illustré de toutes les robes portées par les actrices récompensées depuis le début des Oscars en 1929. 
Et vous, quelles robes avez-vous préféré ? 

New York Fashion Week FW14

A part Rebecca Taylor, J.Crew et Theory, J’ai aussi aimé :

Michael Kors. Tout est gris donc, forcément, j’adore. Les jupes légères avec les gros pulls et manteaux me parlent particulièrement. 
 Chez Alexander Wang, j’adore les bottes (bon, j’avoue les bottes-mules du milieu, ce sera sans moi, mais de devant elles sont superbes) et les manteaux multi-poches.
Les carreaux, les rayures, les carreaux et les rayures. (Band of Outsiders, Joie, Sass & Bide et Elizabeth and James).
La collection de Jason Wu pour Hugo Boss.
Et ces robes qui en jettent (Altuzarra, DVF, Rose Assoulin et Dion Lee).

Theory FW14

 Autre défilé qui m’a beaucoup plus lors de cette Fashion Week, celui de Theory. C’est le premier défilé de cette marque dont je suis fan depuis que je vis à New York. Rien de surprenant à cela quand on sait qu’elle fait partie du même groupe qu’Helmut Lang, Comptoir des Cotonniers, Princesse Tam Tam et Uniqlo, autant d’enseignes que j’affectionne particulièrement. 
J’avoue, mes achats chez Theory sont plus basiques que les tenues présentées ci-dessous,à base de chemises en soie de pulls et de manteaux, mais il n’empêche que je me verrais bien dans chacune d’entre elles. 

Sandales Alexander Wang, le retour

Il neige encore à New York aujourd’hui, une bonne grosse tempête de neige, semblable à la demi-douzaine d’autres qui est survenue depuis le début de l’hiver. 
Heureusement qu’hier, j’ai reçu mes nouvelles sandales Alexander Wang. Repérées l’été dernier, j’ai attendu patiemment qu’elles arrivent sur The Outnet, et la chance m’a souri comme la dernière fois
Ce n’est pas le genre de chaussures qui va faire l’unanimité, mais j’adore leur couleur sweat, leur matière feutre, et leurs multi-brides. Bon, elles ne sont pas prêtes de faire leur première sortie mais, curieusement, elles me mettent de bien meilleure humeur que mes bottes de neige…