Où manger à New York – Part 4

Il y a quelques mois, mon restaurant préféré à New York a fermé ses portes. J’étais sous le choc : à chaque fois que j’y allais, l’endroit était toujours plein. Malheureusement, dans cette ville, la course à la nouveauté et la surenchère permanente font qu’il est bien difficile pour un restaurant ou une boutique de  rester à flot sur le long-terme, même s’ils connaissent un succès tout à fait honorable. Pas le temps d’être nostalgique dans cette ville toujours en changement, mais mieux vaut donc partager ses bonnes adresses pour tenter de garder ses endroits préférés. Une raison de plus pour continuer ma série “Où manger à New York”.

(Crédit photo : Yelp)

Je pourrais y aller rien que pour la déco. Au Fat Radish, on se croit dans une cabane de vacance, avec ses murs en pierres apparentes blanches et sa luminosité. Je suis aussi complètement tombée sous le charme des oeuvres de Yiorgos Kordakis, qui sont accrochées aux murs et que je rêve de pouvoir m’offrir.
Bien sûr, j’adore aussi la nourriture. Je n’y suis allée que pour le brunch, mais tout est toujours excellent.  Les portions ne sont pas super généreuses, mais c’est l’excuse parfaite pour commander un de leurs “snacks” (banana bread tout chaud ou donuts au caramel salé, par exemple).
(Crédit: Yiorgos Kordakis)
Moi qui ne suis pas particulièrement fan de la cuisine indienne, j’ai complètement changé d’avis après avoir dîné chez Tamarind. Depuis, j’y retourne régulièrement (mes amis indiens ont aussi validé l’endroit), de préférence dans celui de Tribeca, plus moderne que celui du Flatiron, qui laisse à désirer question déco et ambiance). Leurs cocktails sont aussi très bons (ce qui est plutôt rare pour un resto indien). 
C’est le nouveau resto à la mode à Chelsea. J’avais toujours admiré l’extérieur délicieusement rétro de ce vieux diner sur la dixième avenue, mais je ne m’y suis rendue que lorsqu’il a été remis au goût du jour par une nouvelle chef il y a quelques mois. Le résultat : des classiques du diner américains avec des recettes modernisées. Et puis, un resto qui sert des pancakes pour le dîner ne peut pas être foncièrement mauvais.
A deux pas d’un de mes endroits préférés (Café Gitane dans le Jane Hôtel), il y a Bakehouse, qui sert un délicieux brunch. Leurs pancakes à la ricotta sont à se damner, mais le brunch salé (oeufs à toutes les sauces, croque monsieur et madame etc.) est tout aussi bon. Bakehouse a l’avantage d’avoir la vue sur l’Hudson River et d’être assez en retrait du Meatpacking pour n’être jamais complètement pris d’assaut. C’est grand et sans prétention, et, bonus, on ne vous chasse pas dès que vous avez reposé votre fourchette. A tester aussi pour le dîner. 
Et pour finir pour aujourd’hui, une petite mention spéciale à Giovanna Rana (dans le Chelsea Market) qui fait les meilleures spaghetti bolognese que j’aie jamais mangées. Disponibles aussi à emporter. Miam!
D’autres adresses gourmandes à New York: part 1, 2 et 3