En passant…

Je suis en train de boucler plusieurs projets professionnels (tout en réfléchissant aux suivants, la joie d’être freelance !) mais j’ai aussi plein de choses à raconter.

Il me reste encore pas mal de posts voyages à faire, notamment sur ma plus grande déception (Montauk) et mon gros coup de coeur (Charleston) de l’année dernière. Je reviens aussi de Los Angeles où j’ai passé un excellent séjour. Je ne saurais pas trop expliquer pourquoi, mais je nourris une passion sans fond pour les palmiers, donc, quand je suis en Californie, il me suffit de lever les yeux pour me mettre à planer. J’ai plein de photos et de bonnes adresses à partager… A suivre. 
Deux ans déjà ! Il y a quelques mois, un chauffeur de taxi nous faisait la remarque, à M.C. et à moi, que nous étions encore des jeunes mariés. Cela nous a bien fait rire : huit ans (et une dizaine de jours maintenant) que l’on est ensemble, plus de sept ans que l’on vit ensemble (avec des passages dans trois continents), cela ne donne pas l’impression d’être un couple tout neuf. D’ailleurs, c’est pour cela que nous nous sommes mariés le jour de notre anniversaire (de notre première date) : pour nous, il n’y a pas de distinction entre l’avant mariage et l’après, juste une évolution au fil des ans, des passages de la vie, et des pays aussi. J’avoue que je reste toujours perplexe devant les couples qui célèbrent leur anniversaire de mariage mais ne se souviennent pas de la date à laquelle ils se rencontrés… Bref, c’était quand même plutôt sympathique de se remémorer ce jour grâce à un article paru, en décembre dernier, dans Bride (un magazine australien). 
C’est le printemps ! Enfin, enfin, enfin, il est arrivé. Et je n’ai envie de porter que du gris, du blanc et du noir. Et des baskets… blanches et noires. Ok, ce n’est pas super printanier tout ça, mais peu importe. J’ai découvert récemment que je préférais les jeans gris aux jeans bruts, et je ne quitte plus mon skinny Citizens of Humanity (modèle avedon, couleur moon shadow, un gris délavé juste ce qu’il faut). Quand je l’ai acheté en soldes il y a quelques mois, je n’étais pas vraiment sûre de moi et, sur le moment, j’avais même pensé à le retourner. Finalement, je le porte tout le temps, et il est vite devenu mon jean préféré. C’est souvent comme ça, d’ailleurs chez moi. Je ne suis pas sûre d’une pièce pendant un temps, et je finis par ne plus pouvoir m’en passer. Comme quoi mes instincts me trompent souvent. 
Je viens de terminer un projet boulot dont je vous reparlerai bientôt. J’ai eu le plaisir de rédiger une série articles sur la vie à New York pour un hebdomadaire français, à paraître en juin. Pour une fois que je travaille sur un projet suceptible d’intéresser certains lecteurs, je vais en profiter 🙂
Le Gala du Met a eu lieu lundi soir, et comme toujours, j’ai suivi cela avec attention. Il y avait plein de robes fabuleuses (Karolina Kurkova, en Marchesa, était particulièrement sublime, mais j’ai aussi beaucoup aimé Reese Witherspoon en Stella McCartney. Cette teinte de rose est parfaite !) mais cela signifie aussi le début de l’exposition mode annuelle du Met, à laquelle je me rends religieusement depuis que je vis à New York. Je sais déjà que la rétrospective sur Charles James va me plaire, nul doute que je vais passer de longs moments à rêver devant ses robes de bal d’une autre époque !
D’ailleurs, en parlant de choses à faire à New York, j’ai une liste longue comme le bras de musées, restos, bars, boutiques à visiter, grâce aux très nombreuses recherches que j’ai dû faire pour mes articles. Je me suis même lancé un challenge : tester (au moins) un nouveau resto chaque week-end. So far so good! Découvert (et approuvé) ce week-end pour le brunch : Monument Lane dans le West Village. 
Ah et pour finir ce pèle-mêle, dans quelques semaines, cela fera dix ans que j’ai quitté la France. Cela mérite bien un petit post sur ce que ces dix années d’expatriation m’ont apprise…
A bientôt !

Advertisements

Californie part 1 – Los Angeles

Or, donc, je crois qu’il est grand temps que je revienne sur mon voyage en Californie, qui date maintenant de décembre. L’idée était de découvrir la région tout en sachant que l’on ne pourrait pas tout faire, le soleil qui se cache dès 17 heures et le froid limitant quand même pas mal les choses. 

Et puis, après une année 2011 ultra-mouvementée, le principe de ce séjour était clair : R&R (rest & relaxation) au maximum. Résultat, j’ai lu deux romans et vu cinq films en l’espace de quinze jours, ce qui n’a jamais du m’arriver avant. 
Mais j’ai quand même profité des environs avec ces quelques points forts (et petits anecdotes) en particulier : 
  • La jetée de Santa Monica avec sa fête foraine permanente, propice à des photos très colorées. 
  • True Food Kitchen, un restaurant, et Huckleberry, un café. Tous les deux dans Santa Monica et à tomber par terre. 
  • La magnifique king suite du W Hotel dans Hollywood. Alors je vous rassure tout de suite, je n’ai pas (encore) gagné le loto, et je n’ai pas non plus les moyens de réserver une suite à $3000 la nuit. Mais j’ai un amoureux qui voyage beaucoup pour le travail, ce qui nous permet de régulièrement descendre dans des hôtels de luxe, et ce gratuitement. En général il s’agit d’hôtels 5 étoiles très business, rien de très intéressant, mais les hôtels W sont connus pour leur design bien plus funky. Je me demande bien quelles célébrités ont pu dormir dans ce lit avant nous… 
  • Le tour des studios Warner Bros. Touristique à souhait, mais extrêmement intéressant. Trois heures à se balader dans les studios et lieux de tournage de films et séries, dont le set de “The Big Bang Theory” ! J’ai pu m’asseoir sur le canapé de “Friends” (ci-dessous), oui, oui, le vrai, l’original ! Parcourir l’entrepôt où sont catalogués tous les “props” objets de déco, meubles etc. m’a donné le tournis… Je le conseille vivement. 
  • Beverly Hills et Rodeo Drive. Impossible de résister la tentation de prendre la voiture et parcourir Beverly Hills pour admirer les maisons des stars, dont la plupart sont camouflées par des grands murs. Pour la même raison, nous avons fait Mulholland Drive tout en long. Quand on commence à se dire, en contemplant une magnifique villa, qu’elle n’est pas top par rapport aux précédentes et qu’elle doit être habitée par une célébrité de série B, il est grand temps de retourner à la réalité. 
  • Hollywood. Le quartier, bien sûr, mais aussi les neuf lettres blanches mythiques. Quand on a un amoureux qui est passionné de photographie comme le mien, on a la chance (ou pas) de devoir se rendre dans tous les endroits d’où on peut admirer un tel symbole, à la recherche de la photo parfaite. Perso, je ne crois pas que je pourrais me lasser de les regarder.

Bon, c’est tout pour aujourd’hui, mais le voyage continue… bientôt !