Cette semaine # 3


Une destination

Miami où j’étais ce week-end, pour un projet pro, certes, mais aussi pour pouvoir sortir en tee-shirt et les jambes à l’air, répit bien mérité de cet hiver qui n’en finit pas. Ah et aussi pour faire le plein de cocktails, de nourriture mexicaine, de papotages entre copines (et un peu de boulot, donc aussi). 

Un brunch

Gaufres aux noix de pécan (dans la pâte) et limonade citron-basilic. C’était chez Peacock Garden Café, dans un quartier de Miami qui s’appelle Coconut Grove (ça ne s’invente pas), et c’était surtout délicieux.

Une série

The Americans. Aussi addictive qu’Homeland. Keri Russell (Felicity !!!!!) et Matthew Rhys (Brothers & Sisters) jouent le rôle de deux espions du KGB implantés aux US dans les années 80. Si ce n’est pour le suspense intense, pour l’émotion à fleur de peau de deux personnes coincées dans un faux mariage mais qui ont du mal à ne pas le prendre pour une réalité, à regarder au moins pour la magnifique chevelure à la Kate Middleton de Keri Russell (si si, on peut être espion et avoir des cheveux dignes d’une pub L’Oréal parce que je le vaux bien). 



Des mannequins

Je ne sais pas ce que j’aime le plus : ces superbes chapeaux Acne ou la bouille de ces mannequins qui ont bien plus de gueule que la dernière It-girl.

Un imprimé

Celui de ce pull J.Crew. Un de mes multiples craquages chez la marque récemment. C’est bien simple, tout me plaît dans leur collection printemps-été.

Un look

Tout en blanc comme je les aime, d’une de mes créatrices préférées : Rebecca Taylor, originaire de Nouvelle-Zélande et basée à New York, the best of both worlds comme on dit chez moi. Ma garde-robe est remplie de ses robes féminines aux imprimés punchy mais j’adore aussi le look masculin-féminin ci-dessus.

Une chanson

Enfin, difficile de n’en choisir qu’une, tellement je suis accro à la BO de la série Nashville qui met en scène deux stars de la country music (jouées par Connie Britton et Hayden Panetierre). La musique est originale, et tous les acteurs de la série chantent leurs propres chansons. Mes préférées sont souvent celle de Clare Bowen et Sam Palladio, qui jouent un duo sur le point d’être découvert. 

Miami, beach!

L’été New Yorkais est arrivé en force cette semaine. Pour moi, ça veut dire plus de trois mois d’air irrespirable, d’humidité intolérable, de maquillage qui coule, de joues rouges comme si je venais de courir un marathon, de nuits sans sommeil et de déshydratation permanente. Je n’aurais jamais cru dire ça, mais je préférais l’été Melbournien. Des températures brutales, certes, un soleil qui ne pardonne pas, mais de l’air sec, assez pur, un petit vent et des baisses de température ici et là. Si j’en crois l’été dernier à New York (presque un an que je suis ici !), je recommencerai à vivre normalement vers la mi-octobre.
Enfin bref, sans aucun rapport, mais le week-end dernier, j’étais à Miami, ambiance palmiers, piscine, chaleur mais petite brise bien agréable. Ce n’était pas la première fois que j’y allais, mais ce week-end avait un but bien précis : bullage intensif. 
J’ai piqué des adresses ici et là, et voici les meilleures que j’ai retenues :
Books and Books, une super librairie aménagée une maison et une très belle sélection de livres. J’achète tous mes romans via Kindle maintenant, mais leur collection de livres art/mode/tourisme est très chouette. 
Côté resto, je retiens Le Sra Matirnez pour un délicieux dîner autour de tapas, le Tides Hotel pour déjeuner et le Standard pour tout. 

Mais le vrai bonheur de ce week-end, ça a été de descendre au Standard. Tout aussi impressionnant que le Standard à New York, mais dans un esprit complètement différent, je crois que j’aurais pu rester au bord de cette piscine pour toujours… Il y a de la musique sous l’eau, qui est d’ailleurs super douce, de l’eau salée, il me semble. En deux jours, je n’ai pas vraiment eu le temps de profiter des cours de yoga et du spa, mais je ne vois qu’un remède à ça, y retourner le plus tôt possible 😉

De retour de Miami

Hello,

Désolée de mon silence radio… Je reviens juste de Miami et Key West où j’ai passé le week-end de Thanksgiving au soleil, à rouler dans une décapotable (celle d’une amie) à prendre le soleil (25/27 degrés tous les jours, pas mal non ?) et à me remettre de ces derniers mois plutôt chaotiques.

Ces quatre jours étaient parfaits. Soirées et rires entre amies, vodka, cranberry & lime à gogo (mon cocktail de référence, comme un cosmo mais sans le cointreau, ça assomme un peu moins et je bois ça comme du petit lait), barbotage dans la piscine (il paraît que j’ai cinq ans d’âge mental. Je crois que c’est parce que je fais des bruits de moteur avec ma bouche quand je balade M.C. sur son matelas gonflable. Enfin, j’imagine que c’est la raison). 
Et puis, notre petit séjour a été clos en beauté par une petite visite express du outlet mall près de l’aéroport de Miami. Un outlet mall, c’est un peu l’équivalent des magasins d’usine à Troyes par exemple, mais il y en a partout aux Etats-Unis (et les prix sont souvent très intéressants). J’y ai fait une jolie trouvaille : une paire de sandales Givenchy à un prix défiant toute concurrence. 
Peut-être que j’aurais du rester à Miami pour pouvoir les porter dès maintenant… Car à New York, même s’il fait super doux pour la saison, ce n’est pas très approprié…

Et maintenant, il me reste trois semaines avant des vraies vacances bien méritées en Californie. Hollywood, here I come! 
Mes sandales Givenchy