En Images #20 – New York sous la neige

Je crois qu’après cet hiver, je ne verrai plus jamais la neige de la même façon. Même les plus belles choses s’apprécient mieux avec modération ! 

C’est dans ces moments-là que je me rends compte à quel point j’ai eu de la chance de grandir dans un pays au climat tempéré. Non pas que le temps soit toujours clément en France, mais il a l’avantage d’être supportable la majeure partie de l’année. 
A Amsterdam, j’ai connu les étés (presque) entiers sous la pluie, le ciel gris en permanence, à Melbourne, j’ai fait les frais de la couche d’ozone trouée, du soleil qui tape comme si on avait mis la tête dans un four, et me suis vue pour la première fois couverte de tâches de rousseur. 
Le climat, c’est sans doute ce qui me déplaît le plus à New York. Le printemps et l’automne sont absolument splendides, mais l’hiver (rude et sec) et l’été (très chaud et humide) sont à peine soutenables. Et cet hiver, et bien cela donne ça, avec des températures qui repassent très rarement au-dessus de zéro…  

D’autres “New York en images” :

En images # 19
En images # 18 (Brooklyn, Greenpoint & Bushwick)
En images #17
En images #14

En images #9 (Brooklyn)
En images #8 (Brooklyn)
En images #4 (New York et Washington DC)
En images #3 (Coney Island)

Rebecca Taylor FW14

Depuis quelques jours, c’est la Fashion Week à New York. J’avoue que je me sens à mille lieux de la mode en ce moment, le seul défi consistant à déterminer combien de minutes je peux rester dehors sans perdre toute sensation des mes orteils. J’en suis même arrivée à acheter une paire de bottes de neige avec lesquelles j’ose sortir, mais sans me lamenter sur mon absence totale de style hivernal. Mais tout de même, parmi les défilés que j’attends avec impatience chaque saison, il y a celui de Rebecca Taylor. C’est une de mes adresses sûres à New York. J’adore ses imprimés, modernes et féminins à la fois, ses coupes conviennent à ma morphologie*, et je reçois toujours des compliments quand je porte une de ses pièces. Bref, alors que j’ai déjà établi ma wishlist parmi sa collection printemps-été, voici ce qui m’a tapé dans l’oeil pour l’automne-hiver prochain.

 

* Ce qui a l’avantage non-négligeable de me permettre de porter ses vêtements au lieu de simplement baver dessus parce qu’il sont coupés pour une fille droite et sans aucune courbe (oui, je pense à toi, Helmut Lang).

Happy New Year!

Je reviens juste de Melbourne où j’ai passé les fêtes de fin d’année, année qui s’annonce donc pour le moment sous le signe du jetlag*. J’ai passé ma première semaine à Melbourne à dormir, à manger et à jouer aux voitures avec mes neveux, et la deuxième à manger, passer du temps avec mes amis, et à comploter pour trouver une façon de vivre à la fois à Melbourne et à New York (solution: gagner au loto**, acheter une résidence dans chacune de mes villes préférées – j’ajouterais donc Paris – et bouger tous les trois/quatre mois. Degré de probabilité zéro, mais l’espoir fait vivre). 
J’adore Melbourne pour la vie facile et paisible que l’on peut y vivre, pour son climat (très changeant, mais beaucoup plus agréable que celui de New York), pour sa nourriture (tellement meilleure qu’à New York, j’ai découvert plein de nouveaux supers restos, et adoré retrouver mes préférés qui n’ont pas changé d’un pouce en presque trois ans), et, comme vous pouvez le constater, pour son street art.
Mais voilà, New York sera toujours New York, et aucune ville ne pourra jamais lui arriver à la cheville.  J’ai hâte de continuer à l’explorer en 2014 et vous souhaite à toutes et à tous une très belle année riche en aventures et en découvertes.

* De loin le plus brutal que j’aie jamais connu. L’Australie, c’est vraiment le bout du monde. Debout pendant plus de trente heures au retour (dont 20 heures de vol sans dormir entrecoupé de 5 heures d’attente à LA), et mon horloge biologique qui est toujours réglée sur Melbourne, j’espère refaire surface bientôt…

** Sans rire, nous avons bien joué au loto pendant que nous y étions, et avons gagné la somme astronomique de $21. Peut mieux faire.

L’été indien…

Central Park, dimanche dernier
Il y a quelques semaines, nous étions à un dîner avec deux couples d’amis indiens. Le couple chez qui nous étions invités ne vit pas à New York depuis très longtemps, et se lamentait de la fin de l’été qui s’annonçait toute proche. (Bon, moi je me réjouissais de la fin de l’été car je ne supporte pas cette chaleur moite qui envahit New York pendant plus de deux mois, mais si j’avais grandi en Inde, ce serait sans doute différent).

“Certes” ai-je répondu pour les rassurer, “mais il reste encore l’été indien à la fin septembre !”. Je n’avais pas fini ma phrase que j’avais déjà soupçonné leur réaction. Je suis la première à bouder devant des expressions telles que French toast, French doors, French cuffs, et ne me lancez même pas sur le sujet des “entrees” américaines. Aujourd’hui encore, il n’est pas question que j’utilise ce mot pour commander un plat principal.

Enfin bref, vous l’aurez sans doute compris, mes amis indiens ne savent pas ce que signifie “l’été indien”. Impossible aussi pour eux de deviner l’origine de cette expression, mais je suis sûre qu’ils apprécient le superbe temps du moment. Le printemps et l’automne sont mes saisons préférées en général, mais  il est difficile de ne pas retomber amoureuse de New York quand son ciel est si bleu qu’il paraît peint et son soleil si vif qu’il éblouit.

Bon, maintenant, si on pouvait éviter l’ouragan de saison… 

En images #19 – New York

Demi-finales hommes à l’US Open
La bougie que l’on devrait distribuer d’office à toutes les trentenaires
Splendide journée d’automne à Central Park (ou comment tomber encore plus amoureuse de New York)
Sac (Rebecca Minkoff) et chaussures (Marc by Marc Jacobs) favoris du moment + chat en mode exploration (mais qui n’a même pas remarqué les “souris”)

Expo James Turrell au Guggenheim. 45 minutes de queue pour observer un trou invisible = Only in New York
“Déjeuner” chez Two Little Red Hens, ma boulangerie préférée à New York

Ventre plein, coeur heureux… Voir photo du dessus 😉 (à Fort Greene)
Vue du One World Trade Center depuis Hoboken
Plus d’instantanés de ma vie à New York ici ou sur mon fil Instagram

En images #18 – Street Art à Greenpoint et Bushwick, Brooklyn

Ces photos datent un peu, mais je ne me lasse jamais de prendre et de poster des photos de Street Art dans New York. Il y en a à tous les coins de rue, dans certains quartiers plus que d’autres et certains endroits, comme sur le Bowery Mural ou la High Line se renouvellent régulièrement avec de véritables oeuvres d’art.
Plus de photos de street art à New York ici et  et sur mon Instagram

Cette fusée tient une place particulière dans mon coeur, grâce à cette photo qui trône fièrement dans notre chambre.

My Beauty Addresses In New York – Mes adresses beauté à New York

Quand on arrive dans un nouveau pays et une nouvelle ville, on peut vite être déstabilisé. En un rien de temps, on doit changer ses habitudes et oublier tout ce que l’on savait avant. Calculer le pourboire, retirer la carte de la machine avant de composer son code, apprendre où les trains express s’arrêtent sous peine de se retrouver à l’autre bout de la ville, savoir que la plus petite contenance (du café, bol de soupe…) est largement suffisante… Et puis, vient le moment fatidique où l’on se rend compte que l’on a laissé derrière nous toutes nos adresses préférées et que quand, là, tout de suite, on a BESOIN de se faire couper les cheveux, on a personne vers qui se tourner. A New York, je pense que c’est encore pire, car il y a (par exemple) des salons de coiffure à tous les coins de rue, mais la qualité est aussi inégale que les prix sont exhorbitants. Et pour peu que l’on se soit trompé dans le pourboire, impossible d’y remettre les pieds sous peine de se faire (presque littéralement) scalper.
Nombre des adresses ci-dessous m’ont été fournies par des copines, (testées et approuvées par mes soins depuis) alors je pense que c’est à mon tour de faire passer !
Ongles
Des nail bars, à New York, il y en a à tous les coins de rue. Une manucure coûte $8-12 (+ tax et pourboire comme toujours) et une mani-pedi dans les $30. Souvent c’est à la chaîne, le personnel parle très peu l’anglais (voire pas du tout), et les conditions d’hygiène (et le service) vont de correct à atroce. Il y en a un pas trop mal à un bloc de chez moi, mais quand je veux me faire plaisir, je vais chez :
Toutes les marques de vernis “à la mode” (Chanel, RGB… en plus d’Essie bien sûr)
Des iPad mis à disposition des clientes.
Des techniciennes avec qui on peut échanger plus de deux mots.
Réservation en ligne.

Je n’y vais pas aussi souvent que je voudrais, mais c’est sans aucun doute mon nail spa préféré. Branchouille, juste ce qu’il faut 😉 J’y vois des fashionistas, des career women, des filles qui se retrouvent autour d’un power lunch/pedicure (en mangeant leur salade en discutant avec leurs copines pendant leur pédicure) en bref, de la vraie New Yorkaise 😉

Sweet Lily Spa (Tribeca)
Ambiance complètement différente chez Sweet Lily Spa : très zen et naturelle.
Vernis “bio” uniquement de la marque Zoya
Les pédicures se font des des grands sceaux remplis de citrons ou de concombres (selon le service choisi)
Le service est au top et inclus une boisson (sodas, vin, etc)
Le salon est assez petit : si on réserve pour un groupe de 5/6 filles, on a le salon pour soi (c’est ce que l’on avait fait avec mes copines avant mon mariage).
Sourcils
 Deux enseignes où vous ne trouverez que des pros du sourcil :

Les deux sont bien mais les Benefit Brow Bar sont en général situés parmi les comptoirs maquillage des grands magasins (donc au vu et su de tous). Anastacia est beaucoup plus discret, mais une seule adresse  (à ma connaissance) dans New York.

Soin du visage
Ca c’est le petit secret passé de copine à copine autour de moi. Je suis fan de la marque Dermalogica (mon produit préféré est le gentle cream exfoliant, un exfoliant chimique très efficace qui fait une peau de bébé). Ils ont un spa dans SoHo, mais ce qui est intéressant, c’est leur Academy (leur école, quoi) dans Chelsea, où les étudiants prodiguent un soin du visage d’une heure pour $50. C’est très pro, le résultat est top, et c’est sur rdv toute la semaine (et même le samedi). Je n’ai jamais été fan des soins du visage (avec ma peau très sensible, je crains tout et les résultats n’étaient jamais là) mais cette adresse a tout changé.
Pour le plaisir
Institut Sothys (Midtown)
Pas de bon plan pas cher par ici, juste du plaisir luxueux. Je dirais juste que pour New York, et pour la qualité de l’institut, les prix restent “raisonnables”. Je sais “raisonnable”, c’est très subjectif mais disons  juste que le rapport détente/qualité/prix est là. J’y suis allée deux fois avant mon mariage (la meilleure excuse qui soit 😉 et j’ai été ravie à chaque fois.
Pour une occasion spéciale
Quand les américaines se préparent pour une occasion spéciale, elles ne laissent rien au hasard : ongles parfaits, brushing chez le coiffeur, robe de soirée, talons, bijoux… Je crois que c’est pour cela que l’on parle de l’effortless chic à la française. Les françaises n’aiment pas être trop apprêtées, n’hésitent pas à sortir les cheveux fous ou à mettre une belle robe avec du plat. A la base, c’est plus ma philosophie, mais j’avoue que sortir le grand jeu pour une soirée peut aussi être fun. Et après avoir été maquillée par une pro deux ou trois fois, je me rends compte des miracles que je pourrais faire chaque matin si je savais me servir de mes dix doigts…
Chez Séphora
On peut se faire maquiller, sur RDV (45 min environ), dans le Séphora de son choix, pour $50 d’achat. C’est très avantageux (le maquillage est grosso modo gratuit, si on avait de toute façon des produits à acheter), mais il y a tout de même un bémol : le résultat dépend (forcément) de la maquilleuse que l’on a ce jour-là. Donc ne pas hésiter à bien la briefer et à l’encourager à avoir la main légère !
Et pour le brushing…

Deux enseignes :
Dry bar (plusieurs adresses, dont une dans le sous-sol du Méridien juste à côté de Ten over Ten)
C’est le moins cher des deux (prix fixe), ils ne font que des brushing (ou des updos/chignons) et on choisit à partir d’un menu. Je n’ai jamais testé (j’ai les cheveux tout courts maintenant donc ce ne sera pas pour tout de suite), mais ça a l’air vraiment bien. Et les Dry bar poussent comme des champignons dans New York.

Blow bar (Chelsea)
Une seule adresse et le prix est basé sur la longueur des cheveux (un peu compliqué leur système), mais je suis obligée de le recommander, car c’est là que j’ai reçu le meilleur brushing de ma vie. Je n’ai jamais  vu autant de brillance, de volume, de boucles “détendues” dans un rendu aussi naturel.

Ah, et mon salon de coiffure ?
Après avoir étrenné quelques endroits branchouilles, odieux et hors de prix, je me suis retrouvée chez Whistle, dans une petite rue de l’East Village. C’est simple, calme, ma coiffeuse sait écouter ET manier une paire de ciseaux, que demander de plus ? Et puis, j’aime bien leur slogan: “Look less ugly” 😉

Plus de détails…

Pour celles que ça intéresse, notre mariage fait l’objet d’un reportage sur le blog de Madame C aujourd’hui. Photos, détails, il y a tout ou presque !
Et il me semble que j’avais évoqué il y a quelques mois une rencontre faite à New York grâce à ce blog. Il s’agissait de ma super wedding planner (devenue amie) qui m’a trouvée grâce à ce blog alors qu’elle débutait son activité et qu’elle souhaitait rencontrer des futures mariées. Une super chouette rencontre donc, puisqu’elle a donné naissance à un mariage parfaitement organisé, et une belle amitié 🙂

En images #14 – New York

En ce moment, je saute un peu entre deux avions, ce qui me permet d’apprécier encore plus ma ville quand je suis à la maison. Alors c’est reparti pour un aperçu de mes dernières semaines à New York…

Vue imprenable de l’Empire State Building, depuis un des nombreux rooftops New Yorkais.

Festival de musique au MoMA PS1, la branche plus branchée du MoMA, située dans le Queens

Street art dans Williamsburg (Brooklyn)

September Issues : Vogue & Harper Bazaar : près de 1500 pages !

J’adore quand, à New York, les publicités friquotent avec le street art

Street art dans Nolita cette fois-ci

Proenza Schouler ouvre sur Madison Avenue

Un petit cadeau par moi et pour moi, rapport à un changement de décennie imminent 🙂
D’autres New York en images
En images #9 (Brooklyn)
En images #8 (Brooklyn)
En images #4 (New York et Washington DC)
En images #3 (Coney Island – qui fait partie de New York, je précise juste au cas où)

En images #13 – NYC Street Art

New York est une ville qui m’inspire énormément. Je ne me lasse pas de l’explorer, de découvrir ses sentiers les moins battus, de la prendre en photo… et de m’émerveiller devant toutes les surprises qu’elle me réserve à chaque coin de rue.

Ce mur change constamment. Je le prends en photo à chaque fois que je passe par là.
Statue de David habillé en Missoni – Meatpacking

Dans SoHo

Fresque géante sur le mur d’une école de Chelsea
Dans Chelsea

A Columbus Circle

 High Line Park

Sur la 60th Street

D’autres New York en images
En images #12
En images #11
En images #9 (Brooklyn)
En images #8 (Brooklyn)
En images #7
En images #5
En images #4 (New York et Washington DC)
En images #3 (Coney Island – qui fait partie de New York, je précise juste au cas où)
En images #2
En images #1